À Paris, le nouvel arrondissement central vaudra plus de 11.200 €/m²

Publié le 30 Mai 2018

Partager :

Comme le prévoit la loi de février 2017, les quatre premiers arrondissements de Paris vont fusionner. Ce seront les habitants des Ier, IIe, IIIe et IVe qui choisiront le nom du nouveau secteur par référendum en septembre, a annoncé la maire de Paris.

» LIRE AUSSI - Immobilier: l’accalmie se dessine sur les ventes mais pas sur les prix

Ces quatre arrondissements sont également les moins peuplés de la capitale: un peu plus de 101.000 habitants à eux quatre, selon l’Insee (11e sur 17 arrondissements)*. «La baisse de la population dans ces arrondissements s’explique par la progression du parc de logements inoccupés», déclare l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur) dans son dernier recueil sur la fusion des quatre premiers arrondissements de Paris. On y compte, en effet, plus de 20.000 logements vides, ce qui représente plus d’un quart de l’ensemble des logements dans les Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements.

Malgré cela, ces quatre arrondissements font partie des huit dont le prix moyen est supérieur à 10.000 euros le m², selon Meilleursagents.com. Après les VIe et VIIe, arrondissements le plus chers de Paris (respectivement 13.012 et 12.753 euros par m²), deux des quatre premiers arrondissements complètent actuellement le top 4. Il s’agit du IVe (11.856 euros par m²) et du Ier (11.472 euros par m²). «Les quatre premiers arrondissements sont les plus anciennement construits, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, précise l’Apur. Ils concentrent 45% des bâtiments parisiens inscrits ou classés et constituent un ensemble cohérent et unique qui leur confère une valeur patrimoniale très forte».

Qu’en sera-t-il une fois les quatre arrondissements fusionnés? Le prix d’un arrondissement, né de la fusion des Ier, IIe, IIIe et IVe et qui tient compte du parc immobilier de chacun des arrondissements (moyenne des prix pondérée par le parc immobilier, NDLR) serait de 11.284 euros par m²**, selon les calculs de Meilleursagents.com. Ce «superarrondissement» deviendrait ainsi le troisième le plus cher de Paris, devant le Ve arrondissement». Parmi les quartiers les plus recherchés figurent Notre-Dame (IVe, 14.367 euros par m²), Saint-Germain-L’Auxerrois (Ier, 12.430 euros par m²), Archives (IIIe, 12.232 euros par m²) ou encore Place Vendôme (Ier, 12.100 euros par m²).

Les grands gagnants de la fusion seraient les habitants du IIe qui verraient le prix moyen de leur arrondissement augmenter d’environ 8%. À l’inverse de ceux qui vivent dans le IVe (-5%) et, dans une moindre mesure, ceux du Ier (-1,6%) verront le tarif moyen de leur arrondissement baisser. Pour les propriétaires du IIIe, l’évolution serait quasi-nulle (+0,4%). «Il existe, entre ces quatre arrondissements, une plus grande homogénéité par rapport à la situation d’il y a vingt ans, commente Sébastien de Lafond, président de Meilleursagents.com. À cette époque, le IIe était à la traîne en matière de prix par rapport aux trois autres arrondissements. Aujourd’hui, l’écart de prix s’est nettement réduit. Le IIe s’est embourgeoisé et fait partie de ce Paris très élitiste, très bobo».

Partager :